Quand l’Afrique entière debout contre l’injustice pour être libre nous devons être un seul peuple

Le contient Africain a été le théâtre des pensés perfides et des actions inhumaines des forces impérialistes. Il a été divisé en mille morceaux comme on coupe un gâteau pour le bonheur des invités. 
Chaque part de l’Afrique a été engloutie dans la bouche du colonisateur. Les restes ont été jetés aux visages des colonisés comme on le fait à l’égard des animaux domestiques. 
Le contient Africain s’est vu prendre ses traditions et imposé une.
Il s’est vu vendre ses prédictions, et s’attacher à une. 

Le vase en or si solide qui représentait l’Afrique autrefois a été réduit en miette sous le talon des hommes à la peau blanche.
Cependant, la bonne nouvelle est que ce vase n’est pas irrécupérable. Il peut encore être reconstitué par la volonté de chaque Africain qui constitue un morceau essentiel de ce vase. 
La volonté de s’unir face à cette injustice qui se déroule sous nos yeux sans que le moindre dieu ne lève le petit doigt. 
Nous allons en guerre et nous avons besoin de lever une armée pour la bataille. Mais formée une seule et même armée, nécessite la disparition des intérêts personnels pour converger nos intérêts à un but commun à savoir : un combat pour une Afrique libre de ses chaînes coloniales.

Pour ce faire, nous devons également jouer au propre jeu de l’adversaire, et ce, en se conformant à ses règles. 
La première règle est la connaissance du terrain qui n’est autre chose que la vie en société. l‘éducation du peuple Africain est l’arme la plus fatale pour mener à bien notre guerre, car en société, elle se veut stratégique. Il est inutile de brandir les armes sous toutes les formes, comme le font les sauvages pour instrumentaliser la peur autour d’eux. Le véritable combat se fait avec l’esprit. 
Mais le recours aux armes n’est pas totalement exclu si l’adversaire ne se confond pas aux règles du jeu. 

La deuxième règle est sûrement la plus primordiale, car elle vise à éliminer tous les malentendus qui pourraient s’ériger en une source de division au sein du contient Africain. 
Il faut unir nos divinités et les mettre au même pied d’estale pourvu qu’on ne soit point tenté de faire une quelconque hiérarchie. Et par de dessus le marché, nous devons abandonner cette pensée de supériorité de certaines ethnies sur d’autres. Celles-ci sont les plus meurtrières et interminables.

Quant à la dernière, il est judicieux d’éviter de voir notre ennemi comme imbattable.
Pour combattre le mal, il faut garder à l’esprit qu’il est homme comme nous et qu’il cache aussi des faiblesses. 
Il a usé de notre division pour régner. Quant à nous, Unissons nous à présent comme un seul peuple, et faisons passer l’adversaire au fils de notre épée.

Franck THO & Jean Marc Henr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *