Author Archives: JEAN MARC HENRY

un Blanc qui parle aux Noirs

Un Blanc qui parle aux Blancs, …. Ce que j’écris ce jour pourrait plaire , ni aux Blanc ni aux noirs . je sais pourtant que je ne suis pas un homme parfait, mais ce dont je suis sûre c’ est de n’être pas partisans d’un hypocrisie sur des réalités que Blancs et Noirs connaissent. Je suis fatigué de voir que nous ne sommes même pas capable de dire la vérité , que nous fermons les yeux sur notre histoire. Or l’’Afrique ne pourra pas changer avec ce type de comportement tant que nous n’aurons pas le courage de prendre le taureau par les cornes et d’avouer notre médiocrité partagée . Les Blancs doivent arrêter de prendre l’Afrique pour une terre d’imbéciles à leur avantage sans prendre en considération une réalité qu’ils connaissaient pourtant bien. Au lieu de votre FMI , de votre Banque mondiale qui égorge l’Afrique pour une domination totale, l’ anesthésiant avec des belles paroles que plus personnes ne peut croire, tout cela pour un profit sans limites . Vous les blancs vous êtes coupables sans aucune excuse , quand vous acceptez de vendre des armes a des gouvernements qui les utilisent contre leurs propres peuples pour...

Lire la suite

Le temps est grave

Tout autour je vois mon peuple qui bave . Cette bave provoquée par la mauvaise gouvernance bat son plein depuis le soleil des indépendances . Le système du parti unique que pratiquait l’Afrique a fait place à la multiplicité des partis emmenés par le vent de la Démocratie qui à coup sûr ressemble à la monarchie . Le peuple lutte pour la liberté mais jusqu’à là rien n’a changé . La prépondérance du peuple que se réclame cette démocratie N’est qu’un slogan pour amuser la galerie. L’Afrique d’aujourd’hui indépendante. N’est pas différente de celle d’hier sous le joug de la dépendance La volonté de bâtir la nation n’a point ça place dans le coeur des élus, sauf des grandes idées conçues pour le mieux piller. Sans masque et vergogne , la démocratie est devenue le pourvoir de la minorité géré par un système organisé pour dominer le peuple qui aspire à la véritable liberté . Après l’accession au pouvoir Ils procèdent à la main mise sur les autres pouvoirs et se partagent la direction des institutions . Mais si la France n’a pas modifiée la constitution , Idriss Deby et Habré partageront peut être la même prison. Comme dans une...

Lire la suite

Il faut lire

J’essaye de faire ma propre dissertation « La Misère de l’homme , la misère du monde , en réfléchissant je peux pas faire une introduction , un développement , une conclusion , quand j’entends parlé les dirigeants politiques ,il faut lutter contre la misère , il faut rien , à mon avis y a pas de volonté , on peut pas lutter , nous vivons dans un monde chacun pour soit Dieu , merci , j’ai le cœur brisé , le cœur qui saigne , de vivre dans le mensonge , l’hypocrisie , le mal , la calomnie , nous faisons semblables d’être heureux , d’être bien , au fond nous sommes détruits , sans compter les fantômes , les démons , les diables qui font des rondes , beaucoup pensent à leur propre personnalité , en oubliant les autres , j’en ai ma dose , les jeunes abandonnés , oubliés depuis plus de 40 ans , ils ont peur de ce monde , ils préfèrent restés dans leurs carapaces , grottes Jetés dans un coin de l’univers, nous sommes dans la situation de quelqu’un qui se réveillerait sur une île déserte sans savoir ni où il est, ni comment il...

Lire la suite

Quote

Il est temps d'agir. Il est temps de nous lever pour nos enfants. Il est temps que les femmes et les hommes de ma génération prennent leurs responsabilités pour les générations. Il est temps de mettre fin aux dictatures. il est temps d'en finir avec les organisation criminelle qui gouverne. Il est temps de rétablir l'ordre constitutionnel. Vive la Démocratie Vive les peuples Dieu nous bénisse

Il est temps d'agir

Il est temps d’agir. Il est temps de nous lever pour nos enfants. Il est temps que les femmes et les hommes de ma génération prennent leurs responsabilités pour les générations. Il est temps de mettre fin aux dictatures. il est temps d’en finir avec les organisation criminelle qui gouverne. Il est temps de rétablir l’ordre constitutionnel. Vive la Démocratie Vive les peuples Dieu nous bénisse

Au musée des horreurs les dictateurs sont rois

Ils surfent sur le désordre, l’humiliation, le désespoir de leur peuple. Avant de basculer dans le meurtre, la folie, et surtout l’obsession de leur propre survie. Jusqu’au jour où… la FIN… On ne nait pas dictateur, on le devient. Et les tyrans séduisent d’abord les foules avant de les exterminer, pas un simple dirigeant autoritaire qui essaie de museler son opposition, non, un vrai dictateur, bien loin de l’origine étymologique : « Celui qui parle ». Plutôt celui qui terrifie son peuple, déporte et torture, assassine l’intelligence, réduit l’humanité au néant. La folie est certes une explication séduisante : mégalomanie, psychose, paranoïa, dérangement neurophysiologique, ou petit nœud vicieux dissimulé dans les neurones et tout serait dit sur ces très grands malades qui gouvernent dans la terreur. Aimer et se faire aimer, voilà l’obsession cachée des dictateurs. Tous les dictateurs sont des paranoïaques obsédés par leur survie, sûrs que le monde veut leur mort. Et s’ils massacrent. En secret, les dictateurs tremblent comme des feuilles. Tout autour d’eux, les forces obscures cherchent à les abattre. Oh ! Ne croyez pas que les dictateurs ne soient pas conscients du désamour de leur peuple. Leurs egos surdimensionnés ne supportent pas l’impopularité et ils...

Lire la suite

Youth, our common future

It is a great joy for me to find myself among you and to speak for a moment. The end of the last century and the beginning of the 21st century could have been a decisive moment in the development of Africa, but factors of all kinds still prevent it from finding its way. Some will say that there are difficulties apparently Insurmountable problems facing Africa. But it is all a matter of leadership and vision, that is, the ability to engage our compatriots on a positive and constructive path to the future. Indeed, we need to implement a comprehensive and forward-looking vision that recognizes young people as agents of change, social transformations, peace and sustainable development. The ultimate goal of a national youth policy is to enable our political leaders, with duties and rights holders, to create and sustain an environment that enables young people to exercise their rights and responsibilities, to prosper as Human beings, to be heard, to participate and to be valued as social actors and holders of knowledge as well as new and promising ideas. These conditions are a key element in unlocking their capacity to promote a culture of peace and sustainable development and...

Lire la suite

La jeunesse et notre avenir commun

C’est une grande joie pour moi de me retrouver parmi vous et d’y reprendre un instant la parole. La fin du siècle dernier et ce debut du 21 è siècle aurait pu être un moment décisif du développement de l’Afrique , mais es facteurs de tous ordres l’empêche encore de trouver son chemin. Certains diront qu’il y a des difficultés apparemment insurmontables auxquelles est confrontée L’Afrique. Mais tout est une question de leadership et de vision, c’est-à-dire de la capacité d’engager ses compatriotes sur la voie d’une vision positive et constructive de l’avenir. En effet, nous devons mettre en œuvre une vision globale et tournée vers l’avenir qui reconnaisse les jeunes en tant qu’agents de changement, de transformations sociales, de paix et de développement durable. Le but final d’une politique nationale de jeunesse est de permettre à nos leaders politiques, investis de devoirs et détenteurs de droits, de créer et de pérenniser un environnement propre à permettre aux jeunes d’exercer leurs droits et responsabilités, de prospérer en tant qu’êtres humains, d’être entendus, de participer et d’être valorisés en tant qu’acteurs sociaux et détenteurs de savoirs ainsi que d’idées nouvelles et prometteuses. Ces conditions constituent un élément clé pour libérer leur...

Lire la suite

J’ai parcouru ce long chemin vers la liberté

J’ai parcouru ce long chemin vers la liberté. J’ai essayé de ne pas faiblir, j’ai fait beaucoup de faux pas. Mais j’ai découvert ce secret qu’après avoir gravi une haute colline, tout ce qu’on découvre c’est qu’il y en a encore beaucoup d’autres à gravir. Je me suis reposé ici un moment pour contempler le panorama magnifique qui m’entoure, pour regarder la distance parcourue. Mais je ne peux me reposer que pour un moment, car avec la liberté viennent les responsabilités, et je n’ose pas m’y attarder car ma longue promenade n’est pas terminée. Je suis fondamentalement optimiste. Que cela soit inné ou pas, je ne saurais dire. Une façon d’être optimiste consiste à garder sa tête pointée vers le soleil et les pieds en mouvement. Il y a eu beaucoup de moments sombres où ma foi en l’humanité a été mise à rude épreuve, mais je ne voulais pas et ne pouvais pas me livrer au désespoir. C’est ainsi que l’on rejette la défaite et la mort. En faisant scintiller notre lumière, nous offrons aux autres la possibilité d’en faire autant. Que règne la liberté. Car jamais le soleil ne s’est couché sur réalisation humaine plus glorieuse. Cela semble...

Lire la suite

Le pouvoir du peuple par le peuple

L’antiquité athénienne inventa le terme, et la notion corrélative de citoyenneté, dans une forme sociale reposant sur l’esclavage, de sorte que seuls des hommes, et non des femmes, « libres », c’est à dire non-esclaves, pouvaient être citoyens. En revanche, l’idéal démocratique moderne fut, quant à lui, conçu en s’opposant à l’idée que le pouvoir vient de Dieu – ce que dit la monarchie de droit divin ; mais aussi à l’idée qu’il se fonde sur le lignage – ce que croit la noblesse. On peut préciser que l’idée de situer la source d’où vient le pouvoir politique dans le peuple s’oppose à quantité de croyances et quantité de pratiques : par exemple à la conviction que le pouvoir tient sa légitimité de la supériorité des armes (prétendu droit de conquête ; pouvoir « au bout des fusils ») – ou bien de la puissance des plus riches, qui leur octroierait « tous les droits ». Toutefois, suffit-il à la démocratie que « la voix du peuple » soit « sacrée », pour reprendre la maxime romaine « vox populi, vox dei » ? L’histoire montre que des faiseurs de coup d’état sont plébiscités après avoir confisqué le pouvoir pour...

Lire la suite

History and Africa

It is my privilege this evening to address my historian colleagues as an Africanist about what studying Africa has taught me about history. Africa, as you will recall, was the continent that Hegel and the late-nineteenth-century founders of our discipline excluded from the moral, scientific, progressive methodology they defined as a place inhabited by « people without history ». Africa, for them, was a place as remote as they could imagine — affectively, culturally, geographically … far beyond being out of reach intellectually. For them, it was as distant as their sort of history was for the succeeding generations of students in France’s colonies in Africa, who began history lessons taught in the colonial style their by reciting « Our ancestors, the Gauls … « . In my capacity as your president, I am proud to follow Philip D. Curtin as an Africanist. But Professor Curtin, in his 1983 address, spoke about Africa only incidentally, devoting himself instead to themes of comparative and world history. The years intervening since he spoke have brought Africa solidly within the practice of our profession. It is possible now to reflect on Africa’s former exclusion from universal history and to chart some of the intellectual pathways along which...

Lire la suite