A QUAND LA LIBERTÉ DE LA FEMME AFRICAINE ?

femme africaine jean marc henry

Les traditions, la religion, les lois, la morale, les réputations…En Afrique, une femme qui ose, fait peur aux hommes et est dénigrée par certaines qui suivent aveuglement le mode de pensée, d’intelligence ou de force défini par les hommes. Nous sommes en 2016 et certaines sociétés continuent de fonctionner comme il y’a deux siècles auparavant.

La société africaine semble confondre le rôle d’une femme à celui d’une domestique ou un simple objet de plaisir. Comment peut-on encore accepter certains méfaits commis dans notre société contre ces femmes qui nous ont porté neuf mois dans leurs ventres et qui ont un rôle très important dans l’éducation des enfants et au bon fonctionnement de la société. La femme est rabaissée au rang d’objet et souvent on lui impose une vie qu’elle n’a pas forcement voulu (l’excision ou les mariages précoces) ou elle est comme dans de nombreux pays encore, financièrement et individuellement dépendante de l’homme.

Etre mère au foyer c’est vrai est de loin le plus noble métier et c’est plus un devoir qu’un véritable choix. C’est cela que je qui me dérange et j’aimerai dénoncer. Elle fait beaucoup d’enfants par devoir et souvent sous pression de sa belle-famille et non par choix ni par ce qu’elle s’en sent prête.

Ensevelie sous le poids de la tradition, elle l’entretient et la perpétue à tort ou à raison. Dans cet univers traditionnel africain, est ce que la femme est un être libre ou émancipé ?

La place de la femme est importante dans la société traditionnelle africaine. Elle véhicule le rôle de mère de famille et est chargée de toute la gestion de la maison. Elles assument à elles seules une responsabilité sociale. En dépit de tout se considèrent souvent un peu sous-estimées.

A qui la faute ? Certainement pas nous, répondront les hommes qui ne mesurent jamais leur degré de culpabilité face à la souffrance de la femme africaine. Dans cette société machiste où traditions et religions sont toujours prétexte de rabaisser la femme plus bas que terre. L’homme africain aurait-il peur de la femme émancipée ? Ou c’est leur perversité qui les pousse à agir ainsi ?

Aujourd’hui, il est grand temps de nous affranchir des griffes de l’homme. Car notre mission est de faire en sorte que la Terre Mère soit lavée de tous ses préjudices subis et apporter un avenir meilleur aux générations futures. Nous sommes le maillon fort de l’Afrique et les détentrices de la vie et le ciment du monde.

Nous avons la mission de refaire une Afrique différente et meilleure. Notre message doit être celui de l’amour et de la paix. Nous avons la capacité de s’épanouir profondément là où les hommes s’épanouissent superficiellement. N’ayons pas peur d’Oser. Fatoumata Diawara

Les droits auxquels nous aspirions :

  • Nous voulons choisir notre mari
  • Nous voulons être propriétaire de nos terres
  • Nous voulons aller à l’école
  • Nous ne voulons plus être excisées
  • Nous voulons prendre nos propres décisions
  • Nous voulons être respectées dans le monde de la politique, et en tant que chefs de file.
  • Nous voulons les mêmes chances

 

REBECCA LOLOSOLI

“Il faut vivre sa vie en essayant d’en faire un modèle pour les autres” – Rosa Parks

“Si vos rêves ne vous font pas peur, c’est qu’ils ne sont pas assez grands” –  Ellen Johnson Sirleaf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *