Archives: juin 2018

Le tribalisme, l’injustice, l’esclavagisme, la discrimination et le racisme n’ont aucune excuse.

Je voudrais ici mettre en garde contre un aspect du tribalisme et du régionalisme, entretenu par ceux qui sont de la Tribu du président de la République ; dès l’instant où un homme est au pouvoir, il n’appartient plus à sa région ni à sa tribu. Il est et doit être un homme du peuple.  C’est dire que les hommes de sa région ou de sa tribu ne peuvent et ne doivent en aucun cas se prétendre seuls garant du pouvoir, seuls révolutionnaires et donner ainsi l’impression que tous ceux des autres régions où des autres tribus sont étrangers à la révolution, à la Nation et au pouvoir. La révolution et le pouvoir ne peuvent être confisqués par une région quelle qu’elle soit. Le tribalisme, pire qu’une tumeur, qui gangrène nos sociétés qui n’ont pas compris que nos différences devaient être une force, pas une faiblesse. Tout le problème se situe au niveau du pouvoir, de la conquête du pouvoir pour le pouvoir. C’est dire que les hommes de sa région ou de sa tribu ne peuvent et ne doivent en aucun cas se prétendre seuls garant du pouvoir, seuls révolutionnaires et donner ainsi l’impression que tous ceux des autres régions où des autres...

Lire la suite

Est-il éthique de continuer à gouverner des états de cette façon médiocre et méprisante ?

Bien qu’issu d’une génération qui s’est intellectuellement abreuvée de discours anti-impérialistes, ceux qui croient que la légitimité populaire importe moins que le soutien des grandes puissances. Comme beaucoup d’autres dirigeants africains, il est convaincu qu’un Président apprécié par ces puissances et disposant de moyens financiers et de la force publique, peut toujours se maintenir au pouvoir ; de surcroît dans un contexte où la misère et la lâcheté prédisposent beaucoup, au sein du petit peuple comme de l’élite, à une sorte de résignation.Héraclite écrit : « On ne se baigne pas deux fois dans le même fleuve ». Cette importante pensée sur la dialectique implacable, voire le devenir, (Ou changement (panta rhei : tout change.) a maille à partir contre une espèce de cuirasse sui generis de l’Afrique. On a la triste impression que nous baignons dans le même fleuve de la médiocrité, du vol, de la mal gouvernance, etc., sans aucun espoir à l’horizon. L’Afrique, est-elle en train de devenir un continent anhistorique ? Absence de grands hommes ? des Etats, voyou ? Pourquoi ce silence complice et dangereusement pathologique ? La peur, a-t-elle gangrénée les consciences ? Ce qui se passe depuis des années est gravissime. Qu’on soit...

Lire la suite

Le pari de la liberté

Prisonnier de leur propre État, manipulés par l’Occident, infantilisé par la communauté internationale, quelle voie reste t-il aux Africains à part celle de prendre leur destin en main dans un combat pour les libertés ? Quand on demande à un peuple de se lever comme un seul homme, de se battre pour sa liberté, mais que ce peuple préfère fixer le sol ou regarder dans le vide, on ne peut le considérer comme un peuple souverain. Les responsables politiques aiment invoquer la complexité du monde pour expliquer qu’il serait fou de vouloir le transformer pourtant aujourd’hui l’histoire s’accélère. Partout, le continent s’enflamme, criant sa soif de liberté. Si le choc est si brutal, c’est sûrement dû à une histoire douloureuse. De la privation totale de la liberté en période d’esclavage, puis sous la colonisation, l’Afrique est aujourd’hui en recul total dans le classement des libertés par rapport au reste du monde. L’exemple des pays riches et des pays en voie du développement ne peut qu’interpeller les populations enserrées dans la pauvreté et privées des libertés qui leur permettraient de créer leur propre richesse, condamnée à attendre le progrès d’États défaillants et tyranniques transis de peur face au démon des libertés....

Lire la suite