Archives: mars 2017

Les laisses pour compte les enfants du monde

LES LAISSES POUR COMPTE, LES ENFANTS DU MONDE. Je viens de faire un voyage rempli d’émotions, à la porte de la réalité de la souffrance. Et je rentre avec le ressenti que sommes trop lâches pour prendre les bonnes et les vraies décisions du changement. Malgré des progrès considérables, les enfants les plus pauvres du monde sont encore trop nombreux à souffrir d’inégalités profondes qui impactent de manière dramatique leur santé, leur éducation et leur avenir. Je ne ferai pas de grand discours. Je crois que les images parlent d’elles-mêmes. Ce que j’aimerai simplement dire à tous ces enfants qui m’ont accueilli avec tout l’amour de leurs cœurs purs depuis l’orphelinat de Ouagadougou, c’est PARDON. PARDON si nous, les anciens, sommes trop lâches pour prendre nos responsabilités. Que nous soyons NOIRS ou BLANCS peu importe, nous sommes tous coupables pour accepter qu’en 2016 nos enfants souffrent sur notre terre. Nos enfants, notre cœur : pardon de la cruauté des adultes. JEAN MARC HENRY

Lire la suite

Je suis un étranger dans ce monde

Je suis un étranger dans ce monde. J’ai parcouru l’Univers d’un bout à l’autre, mais je n’ai pu trouver un endroit où reposer ma tête. Et je n’ai connu aucun des humains que j’ai rencontrés, ni un individu qui ait voulu prêter l’oreille à mon âme. Lorsque je sors pour trouver la lumière, l’ombre de mon corps me suit, mais l’ombre de mon esprit me précède et me ramène vers un endroit inconnu à la recherche de choses qui dépassent mon entendement. Elle possède plusieurs noms, mais une seule réalité. Elle a de nombreuses apparences, mais elle est faite d’un seul élément. En vérité, elle est une maladie perpétuelle que chaque génération lègue à ses successeurs. J’ai trouvé l’esclavage muet qui associe la vie d’un homme à une femme qu’il abhorre, et qui dépose le corps de la femme dans le lit d’un mari qu’elle hait en étouffant spirituellement leurs deux existence. J’ai trouvé l’esclavage sourd qui étouffe l’âme et le coeur et qui fait de l’homme l’écho vide d’une voix et l’ombre pitoyable d’un corps. J’ai trouvé l’esclavage infirme qui place le cou de l’homme sous le joug d’un tyran et qui soumet les corps vigoureux et les esprits...

Lire la suite